Lundi 26 novembre 1 26 /11 /Nov 20:47

20121122170550ac11d.jpg

Chef de parti de disctrict à Chongqing, Lei Zhengfu a été limogé de son poste après une enquête confirmant qu'il était bien l'homme figurant dans une série de photos diffusée sur Internet qui le montrant au lit avec sa maîtresse. Les images sont tirées d'une vidéo qui aurait été tournée en cachette, en 2007, par son amante âgée de 18 à l'époque.

D'après les journalistes Zhu Ruifeng, qui dit avoir obtenu le document d'une source au sein de la police de Chongqing, et Ji Xuguang, qui a enquêté et relayé l'affaire sur Sina Weibo, la jeune femme aurait été recrutée par une entreprise du bâtiment pour s'attirer les faveurs du cadre politique dans l'attribution de contrats publics, et utiliser la vidéo pour le faire chanter au cas il se montrerait réticent à coopérer.

En découvrant qu'il était tombé dans un piège, Lei Zhengfu aurait fait arrêter son amante et le chef de l'entreprise de construction en 2009. Le chef de la police d'alors, un certain Wang Lijun, et son supérieur hiérarchique, l'ancienne étoile montante du parti Bo Xilai, l'auraient donc aidé à étouffer l'affaire avant de connaître eux-mêmes la disgrâce.

Au lendemain d'une transition au sommet du pouvoir et l'arrivée d'un nouveau dirigeant à la tête de Chongqing, Lei Zhengfu pourrait avoir fait les frais d'une purge politique 2.0, même si les internautes se félicitent d'avoir contribuer à faire tomber un politicien corrompu qui, avec sa tête de crapeau, a été une cible de choix pour les dessinateurs du web.

Par Nicolas Wong
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Vendredi 18 mai 5 18 /05 /Mai 20:08

La crise de la dette, Hong Kong ne connaît pas. Le gouvernement local enchaîne depuis 8 ans les exercices budgétaires excédentaires. Plus de 73 milliards HKD de surplus ont ainsi été dégagés rien que pour l'année fiscale 2011-12. Le gouvernement a décidé, l'an dernier, de redistribuer une partie des excédents à la population en attribuant la somme de 6 000 HKD à tout résident permanent de Hong Kong âgé de plus de 18 ans.

 

429239_10150642876489934_572574933_9424505_400046830_n.jpgUne mesure qui ne fait pas l'unanimité. Benson Tsang a ainsi choisi d'utiliser la somme pour acheter, dans de petits restaurants et de épiceries de Sham Shui Po, des repas chauds et des boîtes de conserve qu'il donne ensuite aux sans-abris de ce quartier de Kowloon. Une manière de donner un coup de pouce aux plus démunis tout en soutenant les petits commerces. Architecte d'intérieur de profession, Benson estime en effet que l'argent distribué par le gouvernement auraît dû servir à aider ceux qui en ont le plus besoin.

 

Et il n'est visiblement pas le seul à le penser. Avec l'aide de ses amis et des réseaux sociaux, ses actions se multiplient et de plus en plus de personnes s'impliquent dans cette chaîne de solidarité. Plus de 700 personnes ont indiqué sur Facebook qu'ils allaient participé à la prochaine distribution prévue le samedi 26 mai. Le tissu social n'est donc pas totalement déchiré dans une société où les inégalités ne cessent de se creuser.

 

Hong Kong est l'un des endroits au monde où les disparités de revenus sont les plus fortes. Un salaire minimum de 28 HKD par heure y a été fixé pour la toute première fois l'an dernier, une révolution pour ce qui est considérée commel'économie la plus libérale de la planète. Le nouveau chef de l'exécutif Leung Chun-ying a su capter, pendant sa campagne, le mécontentement populaire face aux écarts de richesse. Il a promis de faire de la lutte contre les inégalités une priorité de son mandat, et il devra le faire sans se mettre à dos les puissants tycoons de Hong Kong.

Par Nicolas Wong
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire
Mercredi 16 mai 3 16 /05 /Mai 18:08

Photo Ming PaoLa plupart ont gardé leur tête plongée dans un livre, un magazine ou un journal, certains se sont livrés à de petits exercices physiques tandis qu'un autre s’est lui adonné à la caligraphie. Les députés pro-Pékin ont passé le temps comme ils l’ont pu alors que le conseil législatif hongkongais (Legco) a tenu, mercredi 16 mai, une session marathon qui s’est prolongée jusqu’à 4 heures et demi du matin avant que le président de l’assemblée Jasper Tsang ne décide finalement de mettre un terme aux débats. Une séance de 14 heures lors de laquelle plusieurs députés du camp démocrate ont tout mis en oeuvre pour faire traîner les débats, en multipliant par exemple les citations de textes chinois classiques.

Les députés Albert Chan et Wong Yuk-man (du parti Pouvoir du peuple) tentent en effet de faire obstruction à une proposition de loi controversée qui obligerait tout législateur démissionnaire d’attendre 6 mois avant de pouvoir se représenter à un siège au Legco. Objectif : éviter que l’épisode électoral de 2010 ne se reproduise. 5 députés pro-démocrates avaient alors quitté leurs fonctions pour provoquer des élections anticipées qu’ils ont présenté comme un référendum pour la démocratie.

Pour retarder au maximum l’adoption du texte, les deux démocrates radicaux y ont donc soumis pas moins de 1300 amendements qui vont désormais être votées de manière expéditive. Une tactique décriée par le camp pro-Pékin qui dénonce un gaspillage de temps et d’argent, et que soutiennent les autres partis du camp démocrate qui ont décidé de boycotter les débats.

À quelques mois des élections législatives de septembre, ces tentatives d’obstruction parlementaire divisent l’opinion publique. Leung Chun-ying, qui vient d’être élu chef de l’exécutif hongkongais a appelé les électeurs à sanctionner dans les urnes les tenants de cette stratégie, mais la détermination montrée par les députés démocrates les plus radicaux ces derniers jours pourraient leur attirer une vague de sympathie dans l’opinion publique.

Par Nicolas Wong
Voir les 0 commentaires - Ecrire un commentaire

(tweets)

 
Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés