- la jeunesse HK se rebelle -

Publié le par nico-wong

http://farm3.static.flickr.com/2739/4285065342_d13c5c05cb.jpg
L'apathie politique à Hong Kong, c'est bel et bien fini. Ces derniers années, la ville est  régulièrement le théatre de manifestations en faveur de la liberté de la presse ou du suffrage universel. Plus récemment, la vague de protestations suscité par le projet de la ligne de TGV HK - Shenzen - Canton, estimé à 8,6 milliards de dollars, a mobilisé de nombreux jeunes. Les post-80, comme disent les médias locaux, se rassemblent sur Facebook et Twitter, ils ont leur mot à dire et ils le disent bien fort.

Le 16 janvier, au moment du vote, ils ont assiégé le Legco puis la résidence de Donald Tsang pour faire entendre leur voix. Certains protestent par principe, d'autres chargent les policiers sans vraiment savoir pourquoi, d'autres encore jouent du djembé sous kétamine. Cette génération de Hongkongais est différente des précédentes. "Selon les sociologues, malgré leurs conditions de vie aisées, les Hongkongais nés dans les années 1980 semblent être plus idéalistes et plus sensibles aux inégalités sociales que leurs compatriotes continentaux." (Courrier International)

Ils sont également moins attaché la à mère patrie, la Chine est pour eux un pays étranger et ils veulent que leurs opinions soient prises en compte dans les décisions qui influeront sur l'avenir de Hong Kong. Ils n'ont pas cette mentalité de dispora qui caractérisait la population de la colonie britannique, ces jeunes ne veulent ni rentrer au bled, ni s'établir à l'étranger. Ils ont grandi avec le cinéma made in HK et la cantopop. Ils défendent le patrimoine de leur ville, du Star Ferry à Central (finalement démoli en 2006) à ce village qui pourrait être rasé par la ligne de TGV. Pendant leur enfance, ils n"avaient pas école le jour de l'anniversaire de la Reine d'Angleterre, maintenant ils ont un jour férié pour fêter la fondation de la RPC. Mais en fait, ils sentent avant tout hongkongais. Ils représentent une force de la société qui monte en puissance. Et ils auront sans doute un rôle à jouer dans le défi que les partis démocrates ont lancé à Zhongnanhai.

Cinq députés vont quitter leurs fonctions au Legco le 27 janvier pour protester contre la lenteur des réformes démocratiques. Un dans chacune des cinq circonscriptions élécorales que compte la RAS et qui se représentera dans les élections partielles que cela va provoquer. Le pari est risqué. En remettant en jeu cinq de leurs sièges au Legco, les démocrates risquent de perdre le droit de veto qu'ils se réservent sur toute réforme constitutionnelle. A Pékin, le Conseil d'Etat a réagi à la manoeuvre, la qualifiant de défi manifeste à l'autorité du pouvoir central. Il pourrait donc s'agir de facto d'un référendum sur la démocratie à Hong Kong si la participation au scrutin est élevée.

Commenter cet article

lamalune 28/01/2010 00:27


Merci pour la réponse, je reviendrai voir votre blog  à un autre moment, ce sont des sujets qui m'intéressent, j'aime bien l'histoire et l'identité de Hong Kong. La vidéo du bao contre le
sushi m'a fait sourire, est-ce une parodie des vieux ressentiments sino-japonais ?


nico-wong 28/01/2010 02:25


Oui, en fait c'est une parodie d'un film dans lequel Bruce Lee corrige des Japonais pendant l'occupation.


lamalune 25/01/2010 15:21


C'est un blog très engagé ! Est-ce que la vie des Hong Kongais a beaucoup changé depuis la rétrocession de 1997 ? L'accord qui devait garantir la constitution jusqu'en 2047 est il respecté ?

Lamalune.over-blog.com 


nico-wong 27/01/2010 18:15


Bonjour,

Le mode de vie des Hongkongais n'a pas fondamentalement changé depuis la rétrocession, mais les temps sont durs. La crise asiatique en 96, l'épidémie de SRAS en 2003, et la crise financière qui
secoue la planète depuis fin 2008 n'ont pas épargné HK. De plus, la RAS subit la concurrence de Shanghai aussi bien dans les domaines de la finance que du commerce. Le climat est donc plutôt morose
depuis quelques années, mais les Hongkongais ne sont pas du genre à se résigner si facilement.

Sinon, j'imagine que vous faisez allusion au principe "un pays, deux systèmes" qui garantit à HK une relative autonomie jusqu'en 2047. On ne peut pas dire que ce principe a été bafoué. Il est vrai
qu'à l'heure actuelle, "Hong Kong est gouverné par des Hongkongais", mais la marge de manoeuvre est somme toute assez réduite étant donné que la majorité des responsables politiques sont
directement ou indirectement nommés par Pékin. Un dissident chinois arrêté à HK, par exemple, a récemment été remis à la Chine (où il a été condamné à 9 neuf ans de prison), ce qui peut nous amener
à douter de cette autonomie. Ensuite, la constitution dont est doté HK prévoit une démocratisation de la RAS mais sans dire quand et comment. Pékin a promis d'introduire le suffrage direct en 2017,
mais il y en a qui s'impatientent...

Nico