- des ouvriers menacent de se suicider et finissent derrière les barreaux -

Publié le par nico-wong

J’ai lu hier un article du Sports Illustrated, traduit en français sur le blog Jardin de liberté, sur les conditions de travail des ouvriers migrants de Pékin. Alors qu’ils travaillent d’arrache-pied sur les chantiers de la capitale, ils ne profitent guère de l’enthousiasme qui entoure l’arrivée imminente des Jeux olympiques et de la richesse générée par un taux de croissance à deux chiffes.

Ouvriers migrants sur le chantier de la nouvelle tour de CCTV (photo AFP)

Ce matin, un fait divers relaté dans le Beijing Times (京华时报) a attiré mon attention (工人威胁跳楼工友起哄被拘 via Netease), quatre ouvriers sont montés sur le toit d’un immeuble de 23 étages et ont menacé de sauter si ils n’obtenaient pas une entrevue avec un responsable de Tianli (广州天力建筑), la société qui les emploie. Un de leur collègue, resté au sol, s’est chargé de faire monter la tension et d’appeler les médias alors qu’une centaine de curieux étaient venus s'amasser autour de l’immeuble. Quelques instants plus tard, la police arrivait sur les lieux et se chargeait de faire venir un représentant de Tianli pour débloquer la situation. Après une heure de négociations avec celui-ci, les ouvriers acceptèrent finalement de redescendre sur la terre ferme.

Quel a été le résultat de cette aventure ? L’article ne dit pas si ces ouvriers ont réussi à améliorer leurs conditions de travail à l’issue de leur rencontre avec leur employeur. Mais ce qui est sûr, c’est que les cinq ouvriers impliqués ont été arrêtés et mis en détention administrative pour une durée de 7 jours pour avoir "troublé l’ordre public".
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article