- zhang shijun -

Publié le par nico-wong

Zhang Shijun (photo AP) Zhang Shijun (张世军), ancien militaire qui avait participé à la répression du mouvement de la place Tiananmen en 1989, a été placé en détention. Sur Internet, cet homme de 40 ans venait d'appeler le Président Hu Jintao à réviser la version officielle des événements du 4 juin 1989.

Dans sa lettre ouverte, il écrit avoir assisté à "la tragédie du peuple chinois" et avoir été le témoin d'atrocités. Rongé par la culpabilité d'avoir participé à ce massacre, Zhang Shijun démissionne de son poste au sein de l'armée populaire de libération. Il est arrêté en mars 1992 et condamné à trois ans de rééducation par le travail pour avoir "tourné le dos au Parti et au socialisme".

Dans une interview accordée à l'Associated Press, Zhang Shijun raconte :

"Zhang avait tout juste 18 ans quand il rejoigna la 162e division motorisée du 54e bataillon de l'armée, basée à Anyang dans le centre du pays. Moins de trois ans plus tard, alors que le mouvement étudiant battait son plein, l'unité de Zhang furent envoyée à Pékin, le 20 avril 1989. Là-bas, ils campèrent dans le sud-ouest de la capitale tandis que les citoyens érigeaient des barricades pour empêcher leur progression vers Tiananmen, l'immense place du centre-ville où les étudiants avaient installé leur quartier général.

Le 3 juin, les ordres tombèrent : ouvrez-vous un chemin jusqu'à la place et nettoyez-la.


En se dirigeant vers l'est, en prenant la direction de la place, Zhang et ses camarades abandonnèrent leur véhicules tandis que des briques et des pierres volaient vers leurs têtes et qu'on leur tirait dessus depuis les étages supérieurs de bâtiements résidentiels. Des membres de son unité firent feu au dessus des têtes des civils en tant qu'avertissement, raconte Zhang, en rajoutant qu'il occupait un poste d'infirmier et qu'il n'était pas armé lors de l'assaut final.

Le lendemain matin, Zhang dit que son unité établit un cordon de sécurité le long du flanc sud de la place, entre un restaurant KFC et le mausolée de Mao Zedong. Selon Zhang, d'autres détails sont encore trop sensibles pour être relatés, en faisant sans doute allusion à des atrocités telles que l'armée tirant dans le dos de civils et d'étudiants non armés.

Après leur retrait, Zhang affirme avoir demandé puis obtenu une permission, ne s'étant jamais attendu à combattre des citoyens ordinaires."

AP - "Soldier's story a new look at Tiananmen crackdown"
Via Boxun - la lettre ouverte de Zhang Shijun

lego_tiananmen
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article