- HK : Donald Tsang gagne du temps -

Publié le par nico-wong

Donald Tsang, le chef de l'exécutif hongkongais, a remis hier à l'Assemblée nationale populaire un rapport sur la réforme constitutionnelle de l'ex-colonie britannique, notant au passage qu’il s’agit là d’un « moment critique dans l’histoire constitutionnelle de Hong Kong ». Ce rapport indique que l’élection du chef de l’exécutif au suffrage universel devrait précéder celle du Conseil législatif (Legco) et que 2017 serait une date plus réaliste pour voir cela arriver. Pourtant, selon un sondage sur lequel est basé ce rapport, 69% des hongkongais sont favorables à ce que de telles élections puissent avoir lieu dès 2012.

Un délai difficile à respecter selon le numéro deux du gouvernement, Henry Tang : « la moitié de la communauté pense que 2012 serait la date idéale mais dans la réalité, nous n’avons pas assez de voix au Legco (Conseil législatif). » En effet, toute réforme électorale à Hong Kong doit avoir l’aval des deux tiers des législateurs, ainsi que du chef de l’exécutif et de Pékin.

Le camp pro-démocratique n’a pas tardé à faire entendre son mécontentement et s’est dit « absolument déçu » par le rapport de Donald Tsang. Il accuse celui-ci de ne toujours pas vouloir donner un calendrier précis concernant cette réforme constitutionnelle ainsi que d’avoir manipulé l’opinion publique. « Si le chef de l’exécutif ne veut pas se battre pour nous, alors je crois que je ne verrai pas le suffrage universel de mon vivant », a déclaré la députée Anson Chan.

Actuellement, le chef de l’exécutif est nommé par un comité constitué de 800 personnes ralliées à la cause de Pékin, tandis que le Legco est n’élu au suffrage universel que pour la moitié de ses membres.

The Standard - Playing for time
Reuters - Hong Kong leader urges China to widen democracy
EastSouthWestNorth - The Hong Kong universal suffrage blueprint

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article