- cybermanif' et cyberrépression -

Publié le par nico-wong

Un petit événement a fait beaucoup de bruit dans la blogosphère chinoise la semaine dernière. On connaît le succès que rencontrent les jeux en ligne chez les jeunes (et moins jeunes aussi d'ailleurs), en particulier les MMRPG d'heroic-fantasy. Ainsi, le Voyage vers l'Occident version fantaisie (梦幻西游记), développé par Netease (网易), attirent un nombre incroyable de gamers. Ce jeu se déroule dans la Chine impériale, à l'époque des Tang, et est adapté du célèbre roman (très long) fleuve qui fait partie des classiques de la littérature chinoise (je rajouterai que même Toriyama s'en est inspiré pour l'histoire de Dragon Ball). Et aussi surprenant que ça puisse paraître, le jeu a été le théatre, le 7 juillet, d'une cybermanifestation antijaponaise qui a réuni près de 10 000 participants. L'un d'entre eux a même été jeté en prison par les "autorités" !

À l'origine de cette démonstration de patriotisme, le décor de l'une des salles du jeu, appelée le "Bureau du gouverneur de la ville de Jianye", où on peut voir ce qui s'apparente à la représentation d'un soleil levant, l'emblème des ennemis jurés japonais (voir capture d'écran ci-dessous). L'un des joueurs, révolté par la présence de ce symbole japonais dans un bureau de l'administration chinoise, fait part de sa trouvaille à un pote qui en informe un autre, etc...


Les joueurs ne mettent pas beaucoup de temps à s'attrouper dans cette zone du jeu et ce rassemblement tourne rapidement à une cyber-manifestation pour protester contre cet affront. Ils sont donc quelques milliers à crier des slogans pas très raffinés du genre "Je représente la zone 2 du Guangxi pour ***** les japonais, je les ***** jusqu'à la mort !" ou, plus courtois, "Ils sont où ces chiens de japonais ?!" (voir captures d'écran ci-dessous).
 


Quelques jours plus tard, Netease se trouve un bouc-émissaire à sanctionner. Non pas pour avoir participé à la cybermanif' mais pour le nom qu'il a choisi pour son personnage ("Tuez les p'tits japs !") et pour sa guilde ("Alliance de résistance antijaponaise"). Il est actuellement enfermé dans une salle appelée "Prison d'incarcération perpétuelle des Grands Tang" (voir capture d'écran ci-dessous) et y restera jusqu'à ce qu'il se décide à changer de petits sobriquets. Mais il s'obstine et a assisté, depuis sa cellule virtuelle, à la dissolution de sa guilde. S'il ne change pas d'avis rapidement, il pourrait se prendre perpet'.


Netease a officiellement réagi à l'affaire en déclarant que les activités de la firme était surveillées par la cyber-police et en estimant qu'il ne s'agissait là que d'un jeu destiné au divertissement : les joueurs n'ont donc pas à y ramener des sujets politiques, ce qui risquerait de gâcher le plaisir. De plus, la représentation du soleil levant dans les bureaux de l'administration impériale est une vérité historique, dit Netease, images à l'appui. La société dit également apprécier le patriotisme dont les joueurs ont fait preuve et, non sans remuer le couteau dans la plaie en rappelant quelques événements historiques tels que le Traité de Shimonoseki ou le Massacre de Nankin, appelle les joueurs à exprimer leur patriotisme de manière "rationnelle". Tout le monde se souvient pourtant de ces images de la foule prenant d'assaut l'ambassade du Japon à Pékin, et ce sous les yeux complices des forces de l'ordre. Ces manifestations antijaponaises de l'an dernier étaient tout sauf rationnelles. Cet incident montre encore une fois à quelle point la propagande du PCC, qui cultive méticuleusement le ressentiment antijaponais, porte ses fruits...
 

sources :
Red Rubber Ball et Freedom of Identity, Speech and Assembly on the Internet - EastSouthWestNorth
La déclaration de Netease après l'événement survenu le 7 juillet dans Voyage vers l'occident version fantaisie

Commenter cet article