- des pétitionnaires internés en asile -

Publié le par nico-wong

Bob Chen, Global Voices
China: Protestors and petitionners penned up into madhouse

若干年后,整个人类都会为今天发生的事,而震惊!!!!!!!!!!!
Dans le futur, l'humanité entière sera choquée par ce qui se passe aujourd'hui !!!!!

C'est le commentaire qu'on a laissé à un article de presse qui parle de pétitions, de protestations et d'asiles. En lisant cet article, j'ai presque sombré dans le désespoir en apprenant ce que M. Sun avait traversé pendant toutes ces années. Mais le courage qui l'a poussé à dévoiler ce scandale au public m’a également beaucoup touché. Et je me suis dit que cette histoire méritait d'être racontée, et traduite.

En Chine, une longue tradition veut que les personnes lésées par les fonctionnaires de leur village se rendent à Pékin pour y réclamer justice. Cela s'appelle pétitionner, une forme de protestation modérée. Toutefois, aussi modérée soit-elle, aucun gouvernement local impliqué ne laisserait un pétitionnaire partir si facilement. Interruptions, détentions et menaces sont ainsi monnaie courante. Et aujourd'hui, on a recours à une technique plus civilisée, à savoir l'asile, aussi appelée maison de fous. C'est là que commence cette histoire.

57岁的农民孙法武一下车,就四处张望寻找。约好的同伴还没到。
突然,一辆面包车“嗖”地停在老孙面前。车上下来三人,将他半包围了。
老孙认得其中一人,新泰市泉沟镇信访办主任安士智。
“干什么去?”
“北京打工去。”
“打什么工!你是去上访。不能让你走!”
两男子一左一右上来,老孙掏出手机报警,被劈手夺下。随后被塞进面包车。
Xintai, province du Shandong. Sun Fawu, un paysan de 57 ans, descendit de la voiture et regarda autour de lui. L'ami avec qui il avait rendez-vous n'était pas encore arrivé.
Soudain, un minibus s'arrêta devant lui. Trois hommes en sortirent pour venir l'encercler.
Sun reconnut l'un d'entre eux. An Shizhi, le directeur du Bureau des pétitions du village (l'agence officielle qui traite les plaintes).
« Qu'est-ce que tu fais ? »
« Je vais chercher du travail à Pékin. »
« Du travail ? Tu vas pétitionner, oui ! On ne te laissera pas partir ! »
Deux hommes le prirent par le bras, s’emparèrent du téléphone portable que Sun allait utiliser pour appeler la police, et le poussèrent dans le minibus.

Le cauchemar de Sun commençait. L'endroit où on l'emmenait était l'Asile de la Ville, là où sont internés les malades mentaux. C'est là que les hommes du gouvernement laissèrent Sun.

老孙冲着那医生大喊:“我没病!我是上访的!” 那天很多“病人”听到了这喊声,包括后来跟老孙关系密切的老时。医生说,我管你有没有病,你们镇政府送来的,我就按精神病来治。
Sun cria au docteur qui s'approchait de lui : « Je ne suis pas fou ! Je ne fais que pétitionner ! » Un cri que de nombreux “patients” entendirent ce jour-là. Parmi eux, M. Shi, qui sympathisa plus tard avec Sun. Le docteur déclara : « Que tu sois fou ou pas n'est pas mon problème. Les autorités de ta commune t’ont amené ici, je dois te traiter comme un psychotique. »

Voilà ce qui lui arriva ensuite :

手脚全绑在床腿上,外套蒙在了脑袋上。”老孙听到有人说快灌药,接着脸部被捏住,嘴被动地张开了。 医生捏了他下颌,几粒药“自己下去了”。 当晚7点左右,主治医生朱风信来给老孙打了一针,之后老孙“没了意识
« Mes quatre membres étaient attachés aux pieds du lit et j'avais la tête enveloppée dans un masque. » Sun entendit une voix dire qu’il fallait verser les médicaments rapidement. Puis on le força à ouvrir la bouche. Le docteur lui ferma la mâchoire et il n’eut d’autre choix que d’avaler les pilules. À 19h, le Dr Zhu lui administra une injection, et Sun ne tarda pas à perdre conscience.

Sun pensa à s’évader, mais il continua à clamer encore et encore qu'il était sain d'esprit. Il implora le Doyen, mais sa réponse fut aussi froide que la salle des patients : « Si tu veux partir, il faut que ceux qui t’ont envoyé ici signent ta libération. » Cette phrase fut suivie d'une “suggestion” : « Demande à ta famille de contacter le gouvernement. »

« Mais comment ? », se demanda Sun, il n'avait pas de téléphone.

Les griefs de Sun

Les griefs de Sun remontent à plusieurs années auparavant, quand les terres de son village sont devenues incultivables à cause des exploitations minières florissantes de la région. Depuis 1988, les propriétaires des mines ontdédommagé les villageois affectés à quelques reprises.

按补偿标准,老孙家可获4万多元。但据老孙及村民徐学玲等人讲,全村300多户都没领到补偿款。
D'après les réglementations, la famille de Sun aurait dû toucher 40 000 RMB (environ 4 400 euros). Mais comme l'ont affirmé Sun ainsi que d'autres habitants du village, plus de 300 foyers n'ont pas du tout été dédommagés.

Mais les responsables politiques locaux insistèrent sur le fait que les fonds avaient été entièrement distribués. Et en 2001, les habitants du village élirent Sun en tant que délégué pour porter plainte auprès de la municipalité. Toutefois, le groupe d'inspection de la ville déclara après investigation que l’ensemble des fonds avaient effectivement été alloués. Une conclusion que les habitants du village contestèrent : ils déposèrent davantage de plaintes et réclamant une enquête plus poussée.

三天后,当年10月1日晚,十多人闯入老孙家打砸。当时老孙没在,老孙的儿子、新婚第五天的孙贵强被砍成重伤。据孙妻张学芳回忆,那些人喊着,“再上访弄死你们全家”。
Trois jours plus tard, le 1er octobre au soir, plus de 10 personnes entrèrent par effraction dans le domicile de Sun pendant son absence. Ils molestèrent son fils, qui s'était marié cinq jours plus tôt, et le blessèrent grièvement. Zhang Xuefang, la femme de Sun, se souvient avoir entendu ces personnes dire : « On va massacrer ta famille si vous continuez de pétitionner. »

Mais Sun continua. Il fit le tour des Bureaux de pétition du village, de la municipalité et de la province, et alla même jusqu'à Pékin. En 2004, il fut maintenu en détention pendant 14 jours, accusé d'avoir « troublé l'ordre social ». En 2005, il fut de nouveau condamné à une peine de prison, mais pour plus d'un an cette fois-ci.

Puis en 2007, on eut recours à une nouvelle arme. Il fut interné dans un asile.

“开始天天吃药,打针”。老孙对药物敏感,“头一直晕,站不起来”。
« J'ai dû prendre des médicaments et avoir des piqûres tous les jours. » Sun était allergique à ces produits. « J'avais la tête qui tournait et je n'arrivais plus à tenir debout. »

Il resta là-bas pendant 3 mois et 5 jours. Il ne fut relâché que quand il fit la promesse de ne plus mener de pétitions.

En octobre 2008, se déroulèrent les faits relatés dans le début de l'article. C'était alors la deuxième fois qu'on le fit passer pour un fou.

Un enquêteur secret

老时秘密进行着自己的“任务”,迄今,他记录了18名被关进医院的上访者 。
« M. Shi menait sa propre “mission secrète”. Jusqu'alors, il avait recueilli les témoignages de 18 pétitionnaires séquestrés dans l'hôpital. »

Il se rendait souvent à Pékin pour se plaindre des négligences du gouvernement local. En 2006, il fut interné dans le même hôpital que Sun par le gouvernement de Tianbao (une autre localité). Plus tard, on le laissa partir, mais il refusa. Il demanda à ce qu'on lui fournisse des explications au sujet de tels traitements, ajoutant qu'il resterait s'il n'y en avait pas. Et il resta puisque aucune explication ne fut avancée. Lors des deux ans et cinq mois qu'il passa là-bas, il réunit des preuves à propos des pétitionnaires emprisonnés dans l'asile.

老孙做了许多记录,记在纸片上,甚至旧药盒上。老时说,一切都是“秘密进行”的,因为护士不让“上访病人”间交谈。 日记和记录的纸片,老时藏在褥子底下。
Sun avait recueilli beaucoup de témoignages. Il les notait sur des bouts de papier, voire sur des boîtes de médicaments usagées. Il disait qu'il faisait cela “dans le secret” car les infirmières n'autorisaient pas les “patients pétitionnaires” à parler. Son journal et ses papiers étaient cachés sous des couvertures.

Une de ces notes dit :

一些精神病人老是打我,只要我和医生、护士顶了嘴,等他们走后,几个病人一定会打我,掐我脖子。肯定是这些医生指使的。
« Certains patients n'arrêtent pas de me tabasser. Il suffit que je me dispute avec les docteurs et les infirmières, et dès qu'ils s’en allaient, les patients viennent vers moi, me tapent et m'étranglent. C'est les docteurs qui ont dû le leur demander. »

进来第二天开始,每次吃药,他都将药压在舌下,等护士走了再吐掉。 护士很快发现,后来吃药会检查舌头。老时和“上访病人”李元亮也这样说。
Il fut forcé à avaler des pilules dès son deuxième jour passé à l'asile. Il cachait les pilules sous sa langue et les recrachait dès que les infirmières avaient le dos tourné. Mais on finit par le découvrir et depuis, les infirmières se mirent à inspecter sa langue à chaque fois. Shi et un autre patient en ont fait l'expérience.

C'est ainsi que s'achève cet article publié le 8 décembre par le fameux quotidien pékinois Xin Jing Bao (le Nouveau Quotidien de Pékin). Article qui a rapidement attiré l'attention de la blogosphère. Le commentaire au début a récolté pas moins de 10 000 clics d'approbation sur 163.com. Et cela nous donne le sombre aperçu d'un monde muselé par des méthodes ridicules au pas possible. Depuis combien de temps est-ce que ça dure ? Est-ce que ça aurait continué si cela n'avait pas été révélé ? Et nous avons toutes les raisons de croire que d'autres cas n'ont pas été découverts.

Et nous sommes plus que choqués. Les jours passés dans l'asile sont redoutables, où chaque mot, chaque imploration et chaque plainte que vous exprimez sont considérés comme les paroles d'un fou. C'est pourquoi ces pétitionnaires sont plus qu'admirables.

À moins que la société toute entière ne soit déjà un asile ? Et, au final, allons-nous perdre notre sens du jugement, au point de nous demander « sommes-nous fous » ? Est-ce ce que nous espérons devenir ?

Commenter cet article