- taiwan : le retour du Kuomintang au pouvoir -

Publié le par nico-wong

Ma Ying-jeouSamedi dernier, Ma Jing-jeou (马英九) le Kuomintang (KMT) remportait l'élection présidentielle avec 58% des suffrages. Le parti nationaliste de Tchang Kai-chek, qui s'était réfugié sur l'île après la fondation de la République populaire sur le continent en 1949, revient donc au pouvoir après huit ans d'autorité exercée par le Parti démocratique progressiste (DPP) et le président sortant Chen Shui-bian (陈水扁). Celui-ci était le partisan d'une indépendance de l'île et s'était attiré l'hostilité du Parti communiste chinois en cherchant à favoriser l'émancipation de Taiwan, à travers notamment plusieurs demandes d'adhésion à l'ONU en tant qu'État indépendant. Le KMT, pour sa part, est aujourd'hui favorable à une détente dans les relations entre les deux rives du détroit de Formose. Avec les événements au Tibet a permis au KMT et à son candidat Frank Hsieh, qui était largement donné perdant, de revenir en force dans les débats en avançant que Taiwan pourrait subir le même sort. Cela n'a toutefois été suffisant, la crédibilité du DPP ayant été amplement compromise par huit ans d'échecs et par des affaires de corruption impliquant Chen Shui-bian et des membres de sa famille.

Le nouveau président a d'ores et déjà annoncé qu'il était favorable au rétablissement de liaisons directes avec le continent, ainsi que de la formation d'un marché commun avec la Chine, qui est son premier partenaire commercial. Toutefois, la réunification ne semble pas être encore à l'ordre du jour : "Nous ne nierons pas leur existence mais nous ne pouvons pas reconnaître leur souveraineté" sur Taiwan, a déclaré Ma Jing-jeou qui reste attaché à l'identité que l'île s'est façonnée ces 60 dernières années. Il a par ailleurs affirmé qu'il signerait un "traité de paix" avec la Chine pour mettre un terme au confilt armé qui n'a jamais officiellement pris fin depuis la guerre civile.

Commenter cet article